Projet DICE « Deep Inside Computer Experiments »

Le Consortium DICE (Deep Inside Computer Experiments) réunit universitaires, industriels et institutions publiques pour avancer sur les thèmes de l'exploration et de l'optimisation sur des codes de calcul en présence d'incertitudes. Il est piloté par 3MI (L. Carraro).



Période : 2006 - 2009


Contexte et objectifs


Développer une méthodologie efficace basée sur les surfaces de réponse et les plans d’expériences numériques pour le calage de grands codes industriels, la propagation d'incertitudes à travers ces codes, et l’utilisation de ces codes pour des tâches d’optimisation. Application aux codes utilisés par les industries membres du consortium (exploration-production pétrolière, simulation d’accidents dans les centrales nucléaires, fonctionnement de moteurs thermiques…).


Partenariat









Partenaires académiques Partenaires industriels


  • Université Paul Cézanne

  • Université d’Orsay

  • Université Joseph Fourier

  • University of Florida


  • TOTAL

  • IRSN

  • ONERA

  • RENAULT

  • EDF

Ce projet, dont le partenaire principal est actuellement TOTAL, a été initié en avril 2005, par la signature d’un contrat de recherche et la mise à disposition d’un ingénieur senior TOTAL dans l’équipe 3MI pour la mise sur pied du consortium. TOTAL finance également deux thèses, l’une en contrat CIFRE, l’autre sous convention de thèse TOTAL. Les nombreuses rencontres ont permis de faire démarrer ce projet à l'automne 2006, alors que des actions, liées aux deux thèses précitées avaient déjà été entamées.


Le projet est séquencé en phases semestrielles et structuré autour de thèmes de travail (analyse de sensibilité, plans d'expériences numériques, métamodèles et optimisation, estimation de quantiles, krigeage et approches bayésiennes, prise en compte d'entrées fonctionnelles) et de cas d'études.


Autour de ce projet se développe également une collaboration avec d’autres institutions de formations, à travers les co-encadrement de thèses (J. Franco, D. Ginsbourger, V. Picheny et B. Gauthier).


Ce projet est en lien direct avec le projet OMD, qui en est un prolongement dans la direction de l’utilisation pluri-disciplinaire d’un ensemble de grands codes de calculs.


Budget


Environ 200 k€ annuels, incluant le financement de deux thèse (sans compter le salaire de l’ingénieur senior TOTAL mis à disposition d'avril 2005 à septembre 2007).